Les délégués et les remplaçants ont commencé les affaires dès le premier après-midi du 56e Congrès à Ottawa (Ontario) en adopter avec un vote à l’unanimité plusieurs amendements aux résolutions :

Résolution 8 – Langage révisé pour permettre aux membres du Conseil exécutif, lorsqu’ils ne sont pas en conseil, d’agir par lettre, courriel, téléconférence ou vidéoconférence, du moment que tous les membres du comité peuvent répondre au vote.

Résolution 11 – Le Comité des avantages sociaux et des ressources humaines de l’AIP deviendra un comité permanent composé seulement de membres du conseil exécutif. Il établit aussi de façon permanente que le Comité administratif puisse administrer le Plan d’avantages sociaux des dirigeants principaux.

Résolution 2 – Chaque officier, le Conseil exécutif, et le Conseil d’administration devront préparer des rapports biennaux de leur travail et des actes officiels et les soumettre au Secrétaire-trésorier général dans les 60 jours de l’ouverture du Congrès. Ces rapports seront disponibles électroniquement aux délégués et aux remplaçants avant le début du Congrès.

Résolution 3 – Amender le document de la Constitution et les règlements administratifs de l’AIP pour que des avis d’accusation contre tout officier ou membre soit envoyé par courrier ou courriel à la section locale, à l’association, ou au conseil mixte pour lequel l’affilié est accusé, et une copie envoyée à l’accusé. Une requête au président général pour la convocation du Comité de révision préliminaire devra être envoyée au président général et au vice-président de district au plus tard trente (30) jours après la mise en accusation, et une copie de la requête devra également être envoyée à toutes les autres parties.

Résolution 5 – L’AIP reconnait qu’il y a eu des occurrences où un procès n’a pas pu être organisé dans la période des 120 jours à cause de la pandémie de COVID-19 et d’autres facteurs. la constitution et des règlements administratifs de l’AIP soit modifié Lorsque des accusations sont portées contre un dirigeant ou un membre d’une section locale ou d’un dirigeant ou d’un membre d’un conseil mixte ou d’une association d’État ou provinciale (collectivement désignés ci-après en tant que « syndicats subalternes »), la partie accusée doit être jugée dans les cent vingt (120) jours. L’officier de nomination doit avoir l’autorité d’étendre cette échéance pourvu qu’il y ait une cause et pour un maximum de 60 jours. Si le plaignant demande la convocation d’un Comité de révision en vertu de l’Article XVI, Section 5, la période de 120 jours commence à la date de la décision du Comité de révision.

Résolution 13 – Permettre au Comité de vérification des attestations de l’AIP d’être constitué de 16 délégués et remplaçants, chacun représentant un district, nommés par le président général en consultation avec les vice-présidents de district respectifs et qu’un Comité sur les griefs et les appels soit aussi constitué de 18 délégués représentant chaque district.

Résolution 14 – Permettre et définir des paramètres pour que le Conseil exécutif puisse mener des réunions en personne ou virtuelles, en fournissant un avis de 10 jours pour celles en personne et 3 jours en avance pour les réunions virtuelles.

Résolution 29 – L’AIP cherche une représentation plus grande pour le Centre d’excellence en sécurité publique (CPSE) et ses commissions afin de mener des changements législatifs et en matière de procédure quant au processus d’accréditation avant d’engager plus de ressources au soutien d’équipes d’évaluation par les pairs. L’AIP continue de faire pétition pour la Commission internationale d’accréditation pour les services d’incendie (CFAI) pour considérer les objectifs mesurables de la norme NFPA 1710 en tant que base de rendement.

Résolution 30 – Effacer les dettes du Fonds général de l’AIP pour le Partenariat sur le référendum des opérations politiques (PROP), le Fonds d’éducation politique des États-Unis, les dettes du Fonds général pour le Fonds de justice des activités syndicalistes reste aux livres.

Résolution 32 – Urge que l’AIP promeuve des législations nécessitant des systèmes et du personnel formé dans tous les centres téléphoniques de sécurité publique (PSAPs) primaires et secondaires, et que toutes les sections locales aient un accès continu au processus continu d’Assurance de la qualité et une implication directe dans la détermination du nombre de personnels et de ressources définies dans des protocoles de réponse et des configurations d’intervention.

Résolution 33 – Approuves une augmentation du prix maximum pour le Fonds de justice des activités syndicalistes (UAJF) de 10 000 $ à 20 000 $ et que la limite mensuelle soir de 2 500 $ et que la période maximale de quatre mois soit supprimée, et que chaque membre recevant un prix du UAJF puisse en recevoir le montant maximum.